Étude toponymique

L’essentiel du travail de GeoArp consiste dans la création d’une base de données où toutes les communes arpitanes seront répertoriées. Ce travail se divise en plusieurs étapes :

  1. La première étape est la mise en place des données statistiques: le nom et le code officiel, diverses données concernant les limites communales, l’organisation territoriale, la population municipale, etc. Cette étape a été complétée pour les communes françaises, italiennes, et valaisannes.
  2. La deuxième étape concerne le recueil des informations sur les toponymes: la prononciation du nom de la commune en son patois, l’étymologie, et les formes anciennes. Cette étape est presque terminée pour les communes savoyardes et valdôtaines, est bien avancé pour les communes lyonnaises et piémontaises, et a débuté pour les autres régions ayant terminé l’étape 1.
  3. La troisième étape est la graphisation du nom de la commune. Deux graphies sont proposés: une suivant les normes de l’orthographe de référence (celle utilisée par GeoArp), et une suivant les normes de la graphie locale (par exemple la graphie de Conflans, du BREL, ou de Schüle).
  4. La quatrième étape est la définition des pays historiques. Pour chaque commune les informations sur la division territoriale contemporaine (ajoutés à la base de données à l’étape 1) seront complétés par des informations sur les divisions historiques et culturelles.

Tout ce travail représente un long processus, qui n’est que dans une phase initiale. GeoArp n’accomplit pas ce travail tout seul, mais en partenariat avec des acteurs locaux (associations, personnalités politiques, et individus) durant tout le processus. Si vous êtes quelqu’un qui est intéressé par l’arpitan, veuillez nous contacter pour qu’on puisse mettre à profit vos connaissances.